27/06/2004

Leçon n°16 [16/20]

Seizième leçon ! Un petit récap s’impose. Histoire de faire le point sur les quinze leçons précédentes et de repasser en revue les mécanismes récurrents de manipulation perverse. Prenons comme postulat [si vous le permettez] que ELLE est la victime et LUI, le manipulateur pervers* :

ELLE est pleine de vie… avec toutefois une propension à la culpabilité, à la dépendance et au manque de confiance en soi. 

IL la repère, l’approche et la séduit sous des apparences trompeuses.

ELLE pense avoir rencontré l’homme idéal et accorde progressivement sa confiance.

IL attend qu’elle s’engage dans la relation et dévoile alors son vrai visage.

ELLE découvre un homme froid, distant, méprisant et sarcastique.

IL alterne les attaques et les marques de gentillesse, de manière à la déstabiliser.

ELLE perd progressivement tout repère, tout esprit critique.

IL renforce sa domination en jouant le rôle de victime et en rejetant systématiquement la faute sur elle.

ELLE doute de ses perceptions et s’englue petit à petit dans la culpabilité.

 IL évite de s’apitoyer en la chosifiant, en la traitant comme un objet.

ELLE s’affaiblit, s’enlise dans la dépendance et finit par perdre toute estime de soi.

IL continue [en public] à jouer le rôle du bon gars, celui qu’on apprécie pour sa discrétion, sa gentillesse et sa serviabilité.

Les trois clés de la manipulation perverse ? Facile ! Le doute, la peur et la culpabilité […]

 

* Notez que la manipulation perverse n’est pas l’apanage de la gent masculine. N’ayant toutefois jamais rencontré personnellement de manipulatrices perverses, j’ai préféré limiter mes propos à ce que j’avais moi-même expérimenté.


10:09 Écrit par Anansi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manipulateurs pervers |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.